Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vivre sans stress dans un monde agité - Page 2

  • Cop-21 : le vrai problème c'est la pollution

    Le réchauffement climatique, que nous observons depuis quelques années par la fonte des glaciers, est-il vraiment la conséquence de l'industrialisation ?

    La fonte de la banquise entraînera-t-elle vraiment une remontée du niveau de la mer de plusieurs mètres ?

    Bien qu'on nous affirme que le tiers du volume des glaces de l'arctique ait déjà fondu, j'ai pu constater en me promenant au bord de la Méditerranée, où il n'y a pas de marée, que le niveau de la mer n'a pas bougé... Chacun peut d'ailleurs faire la même constatation, et je commence à me demander si nos dirigeants ne sont pas en train de nous manipuler.

    Pourquoi ne parlent-ils pas plutôt de la pollution ?

    La pollution des océans est réelle, la pollution de l'air également. Mais le sujet fait moins peur, car la majorité des habitants se trouvent éloignés des zones les plus touchées, surtout depuis que notre industrie a été délocalisée vers l'Asie.

    Tout porte à croire que les dirigeants occidentaux, en ces périodes troublées, ont besoin de s'inventer un redoutable ennemi imaginaire, contre lequel ils pourront boxer dans le vide pour paraître plus forts... Ne soyons pas cruels : souhaitons-leur bonne chance...

    La fausse théorie du CO2

    Voici une vidéo qui apporte un autre son de cloche que la version officielle... elle est très bien argumentée au niveau scientifique, et personnellement, elle m'a convaincu :


    Vous pouvez lire aussi  le livre de Philippe Verdier : Climat Investigation. Ce spécialiste de la météo s'est fait licencier après la parution de ce livre, lui aussi très bien documenté, mais contraire à la version officielle...

  • Le Stress des Attentats

    Interview d'un philosophe anonyme :

    Depuis la vague d'attentats islamistes, nous sommes confrontés à une nouvelle forme de stress, et la situation est d'autant plus angoissante que nous percevons mal les causes de cette nouvelle menace.

    Le philosophe :

    Etant habitués à vivre en paix, nous considérons généralement que la guerre est une forme de barbarie, dont notre civilisation avancée et nos structures démocratiques nous protègent. Alors nous nous demandons où nous avons pêché : en quoi avons-nous bien pu manquer à nos devoirs ? C'est ce qui a conduit bon nombre de journalistes à considérer que l'islamisme était la conséquence du racisme, de l'islamophobie, ou de la pauvreté.

    Et ce n'est pas le cas ?

    Mais non ! Si on analyse les choses sans passion particulière pour l'une ou l'autre thèse, on se rend compte immédiatement que ces trois causes peuvent être écartées, car l'islamisme est né au sein d'un pays musulman producteur de pétrole, où n'existaient ni le racisme, ni l'islamophobie, ni même la pauvreté (en tous cas pas à l'époque).

    Alors quelle est la cause de l'islamisme ?

    L'islamisme est apparu en pays musulman, à un moment où la religion a pris une place de premier plan, il est donc logique de rechercher sa cause dans l'islam lui-même... l'islamisme apparaissant alors comme une dérive sectaire de cette religion.

    Donc rien à voir avec les musulmans modérés ?

    Il y a bien sûr des musulmans modérés, mais il n'y a pas de Coran modéré. Certains versets, beaucoup même, sont les vestiges d'une époque révolue, où l'intolérance religieuse pouvait aller jusqu'à l'appel au meurtre.

    Fort heureusement la plupart des musulmans s'en fichent, et ils n'accordent à ces paragraphes qu'une valeur folklorique. C'est un peu comme nous, lorsque nous chantons la marseillaise en temps de paix : nous prononçons des paroles belliqueuses mais nous ne leur accordons pas une valeur concrète...

    Les phrases du Coran, lorsqu'elles sont prononcées en arabe, ont une valeur poétique telle, que la plupart des musulmans se plongent dans la prière avec ferveur sans autre but que la foi en Dieu.

    Alors à quel moment intervient la dérive sectaire ?

    Dès que certains mettent la pression sur d'autres, et reviennent sur le sens de ce qui est écrit. Le Coran devient alors une machine de guerre, qui permet d'embrigader les gens de manière progressive, mettant fin peu à peu à leur liberté individuelle, pour finalement les soumettre à une idéologie totalitaire.

    D'abord la prière, puis le ramadan, rendu obligatoire sous peine d'être considéré comme un mauvais musulman, puis encore la prière, 5 fois par jour les mêmes allégations répétées, et puis finalement le combat, pour terminer par l'attentat-suicide.

    Comment peut-on se défendre contre ce danger ?

    Par les armes, ou par la philosophie.

    Ou les deux...

    Ou les deux, mais vous comprendrez que moi, j'ai une préférence pour la philosophie. Il faut informer les occidentaux de ce qu'est réellement la religion musulmane, qu'ils croient comparable à la religion chrétienne.

    Et ce n'est pas pareil ?

    Le Coran est beaucoup plus dur, et la vie de Mahomet ne ressemble en rien à la vie de Jésus. Mahomet fut un admirateur de Jésus, il est vrai, mais c'était un homme de guerre et il a coupé des têtes.

    Alain Franquignon, un agrégé de lettres qui a fait une analyse de texte professionnelle du Coran, précise que sur les 86.000 mots de ce livre, le mot amour ne revient que 10 fois :

    4 fois pour l'amour des richesses, 5 fois pour de l'amour d'Allah envers ses fidèles ou inversement, une fois pour désigner l'amour d'une femme pour un homme. Mais pas une seule fois dans le Coran, on ne parle de l'amour du prochain.

    De quoi parle le Coran alors ? Quel est son message principal ?

    Le Coran est très répétitif, il dit de se soumettre à Dieu : Islam veut dire soumission.

    D'après Alain Franquignon :

    "Le Coran n’explique pas, il affirme. L’essentiel de son message est de faire peser sur vous la domination de Dieu, un Dieu que vous devez craindre et faire craindre. Un cinquième des mots de ce livre de 1000 pages répètent sans cesse cette même idée."

    Il raconte ceci :

    Avec plusieurs amis, j’ai parié qu’ils pouvaient ouvrir 3 fois le Coran à n’importe quelle page, et qu’on y trouverait toujours au moins une fois une variante de la phrase suivante :

    « Dieu le miséricordieux, vous réserve un châtiment douloureux si vous n’obéissez pas à ses commandements »

    Alors si les terroristes agissent contre nous, c'est par peur du châtiment ?

    Bien sûr. On a créé dans leur imagination un Dieu tyrannique, qu'ils sont tenus d'imiter pour éviter les tortures éternelles de l'enfer, et accessoirement aussi, pour être acceptés dans un paradis où de jeunes vierges les attendent...

    Comment les sortir de cette tragique illusion ?

    Certains musulmans ont deviné la supercherie et ont écrit des livres intéressants, qui démystifient la chose. Mais vous devriez aussi lire le Coran, et vous faire votre propre idée.

    En fait quand le monde va bien, les musulmans oublient leurs appréhensions ancestrales et se mettent à vivre comme nous, pour trouver le bonheur sur cette Terre. C'est ce qui s'est passé dans les années 60, où de nombreux pays musulmans sont devenus progressistes, laissant un peu la religion de côté.

    Mais quand le monde va mal, et surtout lorsque l'Occident perd confiance dans ses propres valeurs, alors les musulmans peuvent être tentés de se retourner vers le fondamentalisme, qui leur promet un avenir meilleur dans l'au-delà.

    C'est pourquoi il est si important que notre civilisation sorte du matérialisme, retrouve de vraies valeurs spirituelles, et arrête de s'auto-flageler à tout propos.

    Car notre civilisation a des racines profondes, elle est l'héritière de la philosophie grecque et du sens du partage abondamment diffusé par la religion chrétienne. Et c'est par ce sens du partage que la collaboration s'est si bien développée au sein de nos sociétés, favorisant les découvertes qu'on a vu fleurir en terre occidentale : la démocratie, l'imprimerie, l'électricité, le moteur, la voiture, la photo, la vaccination, le téléphone, l'avion à réaction, l'ordinateur, et j'en passe...

    Tout cela est le fruit d'une ambiance de confiance, instaurée dans nos sociétés durant des siècles, grâce à une vision positive de la vie. La civilisation occidentale n'a donc pas à rougir de ses valeurs.

    Certains musulmans intégristes disent que notre civilisation est décadente, parce que chez nous il n'y a pas assez de solidarité familiale, trop de divorces et pas assez d'enfants. Ils nous trouvent égoïstes et matérialistes. Ils pensent que nous avons besoin de leur religion pour remettre de l'ordre dans nos vies.

    Je ne crois pas qu'ils soient totalement sincères quand ils racontent ça...

    D'abord, ce n'est pas à eux de choisir pour nous. Ici, chacun est libre de choisir sa religion préférée, et de la quitter quand bon lui semble. Tant pis si ça les choque. S'il y a plus de divorces ici que dans leur pays d'origine, c'est avant tout parce que nous sommes libres de nous unir par amour et non par devoir.

    Ensuite, on ne mesure pas la valeur d'une société au nombre d'enfants qu'elle produit : les Chinois font encore moins d'enfants que nous, et ils sont en passe de devenir les futurs maîtres du monde.

    Et pour finir, le mode de vie que préconisent ces musulmans n'a pas l'air d'avoir très bien réussi chez eux, c'est le moins qu'on puisse dire... sinon pourquoi seraient-ils venus ici ? alors je pense qu'il serait suicidaire de notre part, de nous laisser entraîner dans cette galère...

    Mais il est vrai _et je leur donne raison sur ce point_ que notre civilisation s'est trop laissée entraînée dans le matérialisme et qu'elle est loin d'avoir atteint la perfection. Nous avons besoin de réinjecter de l'humanité dans nos mœurs et nos habitudes, et nous avons besoin pour cela du concours de tous.

    Au final, quels livres nous conseillez-vous ?

    Les livres de Hamid Zanaz, un journaliste algérien, et celui de Wafa Sultan, une psychiatre d'origine syrienne. Son livre "L'islam en question", contient de nombreuses anecdotes, et puis il a été écrit par une femme, il se lit comme un roman :

    L'islam en question

    Mais lisez aussi le Coran, il faut toujours tout vérifier : c'est ça la philosophie !

    Merci !

    Merci à vous.

     

  • Don aux victimes des attentats

    Vous pouvez faire un don à la FENVAC

    La fédération nationale des victimes d’attentats et d’accidents collectifs a été créée en 1994. Il s’agit d’une association de défense de victimes. Elle agit dans le seul intérêt des victimes.

    Ses objectifs ? L’entraide, la solidarité, la vérité, la justice et la mémoire, dans le cadre d’un accompagnement des victimes et des familles endeuillées sur plusieurs années.

    la FENVAC a été intégrée à cellule interministérielle d’aide aux victimes

    L’association est reconnue pour sa longue expérience et son intervention très spécifique. Si bien que suite aux attentats du 13 novembre, la FENVAC a été intégrée dans la cellule interministérielle d’aide aux victimes mise en place par les pouvoirs publics.

    Ils se sont déjà mis au travail : en cinq jours, ils ont traité près de 10 000 appels de familles et de proches endeuillées. Ils ont pu répondre aux questions et aux premiers besoins exprimés.

    Ils sont présents sur le terrain, puisqu’ils ont un bureau au centre d’accueil des victimes et des familles situé à l’école militaire. Ils reçoivent les victimes au quotidien pour les aider.

    En résumé, la FENVAC est omniprésente pour aider les victimes des attentats du 13 novembre.

    Si je vous écris à ce sujet, c’est parce que la situation est exceptionnelle. Le nombre de victimes est important ; les morts, les blessés physiques, mais aussi les personnes ayant subi un traumatisme psychologique.

    En conséquence, l’association a besoin d’augmenter très fortement et très rapidement ses capacités de réponse et d’accueil.

    Pour faire un don cliquer ici :

    Faire un don à la FENVAC

     

  • Comment vivre nos émotions positivement

    Soirée : Comment vivre nos émotions positivement

    A Lyon, vendredi 29 mai à 19 heures

    Les émotions nous sont familières, pourtant elles nous prennent souvent au dépourvu... car elles sont parfois soudaines, et si fortes...

    - Mais au fait à quoi servent-elles ? Et si on les détaillait une par une ?

    - Comment sont-elles décrites par la science, la peinture et la bande dessinée ?

    - D'où surgissent-elles ? Comment ne plus en être victimes ?

    - Et comment tirer parti de l'immense énergie qu'elles nous apportent ?

    Par Régis Fagot-Barraly, hypnothérapeute, auteur de "Que faire de nos émotions"

    Lieu : librairie Shambhalla, 7 rue Aimé Collomb, Lyon
    PAF : 8 €

    Cette conférence sera suivie le 13 juin, d'un atelier sur le même sujet.