Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoires et contes

  • Histoires et contes

    Par nature, les métaphores ont ce pouvoir de nous aider à comprendre, à accepter, à digérer nos expériences… à guérir de nos blessures.

    Et elles le font d’une manière si subtile, si agréable, que nous ne nous en rendons pas compte sur le moment.

    Amis hyperactifs, faites une pause !

    Une solide petite graine

    Message de l'eau à l'homme qu'elle aime

    Toujours plus !

    L'homme trop sérieux

    Une retraite bien naturelle

    Sylvain, l'enfant de la forêt

    Rentrée des classe : lettre à un ado

    Eternelle jeunesse

     

    Vous pourrez retrouver ces histoires, parmi d'autres, dans ce livre :

     
     
     
     
     
     
     
     
     
  • Eternelle jeunesse...

    Au pays de l'éternelle jeunesse :

    Mi-vagabond mi-globe-trotter, j’ai visité bien des pays de la Terre. J’ai vu l’Afrique et ses tribus, ses animaux magnifiques, la pauvreté de ses villages. J’ai vu la Russie et ses quartiers pauvres, la misère de ses taudis. Des villes immenses. Des métros bondés de gens pressés, des quartiers riches où de pauvres hères, le plus souvent estropiés, vivent de leur mendicité.

    Et puis j’ai vu l’Inde légendaire, l’inde en pleine mutation, où se côtoient pauvres et riches, jeunes et vieux, gens incultes et gens instruits, fatalistes et ambitieux. J’ai rencontré des gens qui possèdent encore la sagesse d’autrefois : un maître de l’art théâtral, un maître de musique, et un maître de respiration archaïque. Ayant remarqué ma passion pour les voyages, le maître de respiration m’a demandé : « voudrais-tu connaître le pays de l’éternelle jeunesse ? ». Très étonné, j’ai répondu que je n’en avais pas entendu parler.

    Alors il a ajouté « tu devrais visiter le pays de l’éternelle jeunesse. Je vais t’expliquer où il se trouve ». Après avoir visité tant de pays où la vie est si difficile, j’avais très envie d’aller me ressourcer : le pays de l’éternelle jeunesse me semblait tout indiqué pour une halte durable, voir même pour m’y installer.

    « Mais avant cela, insista le professeur, je dois t’apprendre la respiration archaïque ». En mon for intérieur, je me demandais en quoi cela pourrait m’être utile. Mais puisqu’apparemment, c’était une condition à laquelle il attachait de l’importance, je choisis de ne pas manifester mes doutes, et de prendre quelques jours pour suivre son enseignement.

    C’était un excellent professeur, et sa technique était facile à suivre. En seulement deux jours il m’enseigna comment faire, et pendant les deux jours qui suivirent, il me laissa m’entraîner seul. Finalement je lui demandais : « est-ce je vais maintenant pouvoir partir au pays de l’éternelle jeunesse ? ». Il rit et me dit : « patience ! je vois que tu te débrouille pas mal. Encore deux jours, et ce sera parfait ».

    Je respirai donc deux jours de plus l’air de son ashram, assaisonné d’encens et de parfums épicés. C’est le matin du septième jour qu’il revint me voir : « Tu vas maintenant pouvoir partir : je vais t’indiquer le chemin. Mais autant que tu le saches, les gens de là bas souffrent beaucoup, la vie n’y est pas facile ». Un peu surpris, je décidai néanmoins de faire mes bagages, et je partis sans me faire davantage de soucis.

    En arrivant au pays de l’éternelle jeunesse, je n’y trouvai nulle trace de souffrance. Tout le monde était jeune et beau, les femmes étaient ravissantes. Tout le monde semblait souriant et gai, je n’eus aucun mal à me faire des amis. Quand je leur racontais, dans les soirées où j’étais invité, mes aventures de voyages, tous étaient intrigués. Ils me demandaient de décrire mes rencontres dans les détails. Parfois ils paraissaient touchés par toutes ces difficultés, auxquelles ils avaient toujours échappé : elles leur semblaient à la limite du supportable.

    Quand je leur demandais quel était le secret de leur éternelle jeunesse, ils répondaient invariablement qu’ ils savaient prendre soin de leur physique. Qu’ils y portaient beaucoup d’attention, et bénéficiaient de toute l’expérience, des spécialistes de l’hygiène corporelle. Parfois l’un d’eux ou l’une d’elle, ne venait plus aux soirées habituelles, et quand je demandais de ses nouvelles, on me répondait que c’était « pour se soigner ».

    C’est seulement après un certain temps, que je remarquais que les absents, ne revenaient pas et que j’aperçus, de-ci, de-là, des regards gênés, des visages inquiets. Je repensai aux paroles de mon professeur de respiration archaïque : se pouvait-il réellement que les gens d’ici, souffrent secrètement ?

    Je trouvai assez vite un studio et un petit boulot. Ce n’est qu’en y vivant, que je pus découvrir la culture de ce pays : culture du secret, culture de la beauté, culture physique de corps parfaits, de visages où toute ride devait être cachée. Alors je repensai à la vie de Siddhârta, dans le palais merveilleux de son père, là où tout était calculé pour cacher la misère. Se pourrait-il qu’ici aussi, existe un monde derrière le monde ? Un monde silencieux, un monde obscur, caché derrière de hauts murs, aux oubliettes de la cité ? Et si les gens « partis se soigner » étaient simplement évacués derrière les murailles de quelque hôpital secret ?

    Un jour que nous parlions philosophie, avec quelques amis, je me décidai à poser la question qui depuis longtemps me brûlait les lèvres. Prenant mon courage à deux mains, je risquai : « puisque vous avez le secret de la jeunesse, avez-vous aussi celui de l’immortalité ? »

    Qu’est-ce que j’avais pas dit ! Les visages se sont fermés : Regards consternés, mâchoires serrées, la discussion cessa sur le champ. Jamais je ne fus plus invité dans les soirées : évidemment j’avais dû prononcer un mot tabou. Certainement, tout ce qui faisait penser à la mort, et même son contraire, devait être tenu secret…

    Je mis très longtemps à me refaire des amis. Dans toute la bonne société on se méfiait de moi : j’étais une personne imprévisible ! Je pouvais en pleine réunion amicale, dire une énormité et fiche par terre, l’ambiance festive de laquelle il ne fallait évidemment jamais se départir. Mes nouveaux amis étaient tous des gens présentant quelque particularité hors norme. En fait, des êtres de seconde zone. Certains n’étaient pas très riches, d’autres pas très bien habillés, d’autres un peu provocateurs.

    Tous avaient plus ou moins été écartés des soirées mondaines. Avec eux les relations étaient plus faciles, même si je devais encore mesurer mes paroles, certains d’entre eux étant très sensibles. Ce qu’il y avait de bien en tous cas, c’est que même après une première réaction parfois épidermique, jamais ils ne gardaient de rancune. C’est ainsi que je les appréciais, à leur contact je compris la réalité des choses : si l’on voulait survivre ici, il fallait s’engager dans une course à la perfection, et y jeter toutes ses forces. Le bronzage en été, le ski l’hiver, étaient des formalités incontournables. Dépenser son argent en soirées, vêtements et victuailles, préparer les ripailles dans les moments de Noel, c’était là un minimum indispensable.

    Toute l’année la chasse était ouverte, la chasse aux rides, la chasse aux cheveux blancs, la chasse aux signes de faiblesse, de vieillesse ou de paresse. Seul l’embonpoint était toléré, un peu moqué, mais toléré tout de même _pour le sexe masculin uniquement_ en raison du symbole de réussite qu’il représentait. Après quelques temps je remarquais des signes de fébrilité, au sein de cette société.

    Je remarquai que les gens s’agitaient, et pas forcément pour un résultat. Parfois ils travaillaient comme des forcenés, rien que pour selon eux « ne pas s’ennuyer ». Ils avaient horreur de l’inaction parce que disaient-ils, ça les faisait « gamberger ». Je savais bien à quoi ils gambergeaient. Mais amis me l’avaient dit, il y a un autre monde caché derrière les murs de la cité.

    Un monde à côté duquel même mes amis, pourtant citoyens de seconde zone, auraient paru privilégiés. Derrière les murs de la cité, il y avait tous les gens qu’on désirait cacher, parce qu’ils n’avaient pas réussi à se maintenir dans cette course folle, la course à l’éternelle jeunesse. On disait qu’ils étaient bien soignés, pour ce qui est des soins corporels, mais qu’en revanche ils souffraient d’avoir été écartés de leur vie habituelle.

    Et que le personnel, pour éclairé qu’il soit au niveau technique, n’avait aucunement le temps de se mettre à l’écoute de leurs plaintes. Mes amis aussi, cédaient parfois à la panique. Une angoisse sourde et contagieuse, qui m’atteignait à moi aussi. Elle survenait le plus souvent la nuit, à l’heure où tout le monde s’est endormi, et où on se retrouve face à face avec soi-même.

    C’est alors que je me souvins des paroles de mon maitre de respiration archaïque et je décidai de me remettre à sa technique. A ma grande surprise je m’aperçus que cette respiration, calmait miraculeusement l’angoisse… J’en fis part à mes amis : quelques uns acceptèrent de me croire. Mais ils n’avaient pas toujours la patience de persévérer assez longtemps, pour que ce soit efficace… Alors j’utilisai la respiration archaïque pour moi-même… C’était un bon antidote à l’angoisse.

    Pourtant au bout de quelques temps, je m’aperçus que la technique à elle seule ne suffisait pas : l’angoisse disparaissait, puis revenait. Elle disparaissait, puis revenait. Néanmoins elle était devenue supportable, et je savais que je n’aurais plus à la fuir. Peu à peu j’arrivai à la regarder en face. Je m’aperçus qu’elle arrivait sous forme d’images, de mots défilant dans ma tête, et aussi de sensations d’inconfort. Je me souvins de cette parole touareg : « Au loin je vis une silhouette et je pris peur, pensant que c’était un fauve. Mais quand la silhouette s’approcha, je vis que ce n’était qu’un homme. Et quand elle s’approcha encore, je vis que c’était un ami ».

    Je me dis que si l’angoisse revenait sans cesse, c’est qu’elle devait bien avoir une fonction. Après tout si l’on en croit Darwin, l’évolution des espèces élimine sans coup férir, tout ce qui est inutile à la survie. Alors quand me revenait un scénario catastrophe, je commençais par activer la respiration archaïque pour me calmer, et puis je regardais le film…

    Je me voyais sur l’écran, de l’extérieur, me débattre dans telle ou telle scène imaginaire. Des scénarios concernant le plus souvent, des événements à venir : à quoi tout cela pouvait-il bien servir, sinon à éviter le pire ? Alors je me mis à regarder les scénarios, à les suivre jusqu’à leur terme. Parfois je déroulai le film à l’envers, je changeai quelques détails, et je relançais le film pour en observer les conséquences... Comment faire dans tel cas ? Et dans tel cas ? Et dans tel autre cas ?

    Peu à peu les angoisses sont devenues mes amies. Quel magnifique système de prévention ! C’est comme d’apprendre à piloter sur un simulateur de vol. Le système vous dit : « et si vous n’avez plus de kérosène ? Et s’il y a un pirate dans l’avion ? » A chaque fois il vous laisse le temps de réfléchir. Vous devez trouver une solution, puis réagir. Quand vous devenez très très bon, le système passe au niveau supérieur : « Et si vous n’avez plus de kérosène, qu’il y a un pirate dans l’avion, et qu’il vous demande de faire un détour par Honolulu ?»

    Il y a toujours un moment où le système automatique de prévention du pire vous pose un problème insoluble. Après tout c’est son métier de prévoir le pire. Un moment donné il vous dit : « Et quand tu vas mourir, tu feras quoi, après ? ».

    C’est à cause de cette question-là, qu’au pays de l’éternelle jeunesse, on peut pas s’en faire un ami. Au pays de l’éternelle jeunesse, on hait le système de prévention du pire. On cherche par tous les moyens, à le faire taire. En fait, j’avoue que cette question m’a déstabilisé aussi.

    Sur le moment je n’ai rien pu répondre. « Et quand tu vas mourir, tu feras quoi après ? ». Je ne savais comment répondre à cette devinette, alors le système automatique de prévention du pire, se faisait un malin plaisir, de venir me la resservir. De préférence la nuit évidemment, au moment où j’avais le temps de réfléchir …

    Un jour cependant, je tombai accidentellement sur la réponse d’Einstein à un journaliste. A la question « est-ce que vous croyez en Dieu ?», Einstein répondit : « dites moi d’abord comment vous définissez Dieu, ensuite je vous dirai si j’y crois». Et là, c’est le journaliste qui resta coi.

    Holà, me dis-je, mais je tiens la réponse magique ! Le soir même, lorsque mon système infaillible de prévention du pire se pointa devant moi, je lui dis : « c’était quoi ta question déjà ? ». Alors sans hésiter, il déroula sa mécanique : « Et quand tu vas mourir, tu feras quoi après ? » « Dis moi d’abord ce qui se passe après la mort, je te dirai ce que je ferai alors. »

    Note : La personne qui raconte l'histoire est bien sûr un personnage imaginaire. Cette histoire est partie d'un rêve, que j'ai fait voici quelques mois. Je marchais dans une forêt, traînant un boulet enchaîné à la jambe... Le boulet se faisait de plus en plus lourd à mesure que je marchais, et de plus il s'accrochait aux buissons et aux racines. Alors je me retournai et vis que c'était un boulet carré : Je m'accroupis pour le voir de plus près, c'était en fait une caisse à outils... Avec une étiquette sur laquelle il était marqué : "ANGOISSES". Et quand j'ouvrai la caisse à outils, je vis des clés étincelantes... Régis

     

  • Message de l'eau

    Vous aimez la poésie ? Vous avez envie de vous relaxer quelques minutes ? Ou bien, vous êtes sujet à l'insomnie et vous aimeriez pouvoir vous laisser bercer par le rythme régulier d'une voix légèrement hypnotique, afin de glisser agréablement vers le sommeil ?

    Dans tous les cas, profitez de cette vidéo de 20 minutes, à voir ou à écouter les yeux fermés.

    Message de l'eau à l'homme qu'elle aime, de Claire Savenca :


  • Amis hyperactifs, faites une pause !

     

    Lettre ouverte aux hyperactifs.

    Si vous en connaissez, faites-leur lire ce texte et si vous en êtes, bonne lecture les amis !

    Bien entendu, nous avons tous la conviction que le monde va plus vite que nous, et que nous devons nous battre pour ne pas être à la traîne. Mais en réalité le monde ne va nulle part, ou plutôt il va dans tous les sens, car les multiples actions des uns et des autres se contrarient et se compensent mutuellement. Alors finalement le monde ne va nulle part, puisqu’en fait il ne sait pas où aller.

    Pour ne prendre qu’un seul exemple, les moyens de communication sont de plus en plus performants, et pourtant le message diffusé reste toujours aussi pauvre. Disposer de moyens surpuissants, ne suffit pas pour savoir quoi en faire.

    En vérité, le seul objectif clair que les grands de ce monde ont trouvé, pour utiliser au mieux les moyens dont ils disposent, c’est de s’en servir pour gagner de l’argent, puis d’utiliser cet argent pour conquérir plus de pouvoir, de manière à obtenir encore plus d’argent et ainsi de suite.

    Le monde n’a nulle part où aller, seule l’humanité peut lui donner un sens. Le sens de l’humain est la boussole qui manque aux agités. Retrouvons cette boussole, et aussitôt nos actions prennent de la valeur. Un homme qui rame droit, est plus utile et plus puissant que mille hors-bord s’affolant dans tous les sens.

    Une hypothèse à vérifier

    J’aimerais changer notre conviction selon laquelle « le monde va trop vite et nous, en tant qu’individus, nous peinons à le suivre ». J’aimerais que nous misions pour une fois sur une autre hypothèse : « nous n’avons pas à rattraper le monde ». A chaque jour suffit sa peine, si nous faisons au mieux de notre désir profond.

    Arrêtons-nous un moment, tout en sachant que notre mental va en être terrorisé. Il va être terrorisé par le retard qu’il prend dans les actions qu’il effectue par devoir, et qui découlent de promesses faites aux uns et aux autres sans même en avoir conscience, sans même leur en avoir parlé. Des promesses tacites mais limitantes.

    Des quantités de gens font des quantités de choses pour protéger d’autres personnes sans leur demander leur avis. Des directeurs de supermarchés obligent les paysans à baisser leurs prix de quelques misérables centimes, parce qu’ils croient que c’est important pour le consommateur, alors que ce dernier n’a pas été consulté. Des fabricants de cosmétiques font faire en cachette des tests sur les animaux pour protéger leurs clientes d’effets secondaires dont elles n’ont jamais entendu parler. Des fabricants de vêtements envoient en Turquie des jeans tout neufs, afin qu’ils soient usés par jet de sable, sans dire à leurs clients que les ouvriers chargés de cette opération mourront plusieurs années plus tard dans d’abominables souffrances. Ces fabricants croient que leurs clients désirent des jeans sablés pour suivre la mode, mais les clients les achètent sans être au courant des conséquences. Par l’effet du débordement de l’imagination humaine, des tas de gens font des quantités d’actions nuisibles, pour le compte d’autres personnes, alors que ces dernières s’y opposeraient si on leur demandait leur avis.

    Demandons au mental une trêve : courir après le temps, c’est ce que nous avons fait depuis toujours. Et pourtant, on n’a jamais réussi à rattraper le temps perdu. Le fait que nous courrons encore, prouve que la recette ne marche pas. Et c’est une raison suffisante pour en essayer une autre.

    J’aimerais vous convaincre que nous serons toujours en retard si nous continuons à courir ainsi, et vous en avez fait l’expérience. Essayons autre chose. J’aimerais vous convaincre de faire une pause, même si cela effraie votre mental à cause de promesses non tenues : elles ne le seront pas, quoique vous fassiez. Vous en avez déjà fait l’expérience.

    Et c'est là qu'une pause s'impose...

    Faites une pause et ressentez le plaisir que vous trouvez dans le simple fait de faire une pause. Faites une pause et ressentez le plaisir d’être sur la Terre sans savoir pourquoi. N’attendez pas le moment de la mort pour demander à la vie encore un peu de temps, encore une seconde, juste une minute de plus, et sentir comme c’est une chance d’être là. Ce temps vous l’avez déjà, ne le fuyez pas. Il est à vous maintenant, juste le temps d’une pause.

    Pourquoi sommes-nous là, quelle idée a eu la Vie, ou Dieu, ou je ne sais quelle force mystérieuse ? Quelle idée a eu la vie pour faire en sorte que nous soyons ici ? Je ne parle pas de nos parents, ils ne sont qu’un instrument de la vie, faisant partie d’un ensemble plus vaste. Nos parents ont pu nous mettre au monde pour toutes sortes de raisons : dans le meilleur des cas nous avons été désirés, dans d’autres cas ils ont pensé à tout autre chose. Si nous étions des amibes, nous ne perdrions pas de temps à nous demander si nos parents étaient au courant de notre venue.

    Pourquoi sommes-nous là, la question est vaste. Si vaste, qu’il n’est pas nécessaire d’y répondre tout de suite. Toutefois il est bon de laisser la question raisonner en nous : vous êtes là, n’est-ce pas déjà merveilleux ?

    Le plaisir d’être en vie, c’est ça la vie mes amis !

    Bon, mais comment agir ? Sommes-nous des amibes, qui n’ont rien d’autre à faire que d’être là ? Ou des étoiles de mer ? Ou des oursins, qui n’ont pas d’autre action à faire, que d’attendre que la nourriture vienne à eux ? Sommes-nous des êtres passifs ? Non, certainement pas.

    Mais entre « être passif » et « être agité », il y a sûrement un juste milieu, même si nous ne l’avons pas encore trouvé.

    L’action doit devenir un état d’être. On doit s’y sentir bien. On ne doit pas agir pour un résultat mais pour le plaisir d’être dans la direction choisie. Pas en fonction des autres ou des promesses faites. Mais peut-être, en fonction du plaisir d’être avec les autres.

    J’aimerais vous convaincre que ce juste milieu existe : être ensemble, pour le seul plaisir de se regarder dans les yeux, voilà sans doute la première pierre à poser.

    Se poser, comprendre que la présence est plus importante que l’action, et que l’action doit devenir un état d’être, un doux ronronnement, une toile de fond, et non le sujet principal.

    Comme les abeilles bourdonnent, ou comme les oiseaux lancent leur cri dans le ciel !

    Régis

     

    A propos... désirez-vous faire une pause respiratoire ?



    Ou bien une pause méditative ?




    Textes : Régis

     

    Ce texte vous a plu ? Vous pouvez participez à sa diffusion sur ce blog, en faisant un don symbolique :

    Autres Histoires