Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vivre sans stress dans un monde agité

  • Jeûner pour se sentir mieux



    Le jeûne, une bonne thérapie contre la peur de manquer

    Nous sommes nés dans une société d'abondance, où les échanges sont très développés, et le commerce intense. La publicité nous pousse à sans cesse acheter, détournant notre attention de ce que nous avons déjà, pour la focaliser sur ce qui nous manque. Ainsi se développe la culture du manque : "quoi, vous n'avez pas encore acheté le dernier Iphone ? Vous n'avez pas encore le robot qui fait la cuisine à votre place ? "

    Quoi de mieux que le jeûne pour nous rappeler de temps en temps, que nous pouvons nous contenter de peu ?

    En matière de jeûne, j'ai fait mes premiers pas à 25 ans, alors que j'étais sujet à des angines et que "par hasard" j'avais rencontré Bernard, un adepte de cette pratique. Il faut dire que dans mes années de jeunesse, je n'avais pas une bonne santé. A l'école s'il y en avait un de malade, c'était toujours moi, et plus tard quand je me suis marié, ma belle-mère était très inquiète, elle me trouvait toujours mauvaise mine. Sans doute qu'elle aurait désiré pour sa fille, quelqu'un de plus solide que moi...

    Bernard était père de plusieurs enfants dont l'un était trisomique. Avec sa femme, ils avaient cherché tous les moyens d'apaiser leurs difficultés, et connaissaient fort bien l'art de se nourrir. Ils m'ont demandé ce que je mangeais pour être malade aussi souvent : "trop de sucre, trop de yaourts, m'ont-ils expliqué". Puis ils m'ont conseillé le jeûne.

    Comme je suis de culture paysanne, ce n'était pas facile pour moi au début, et j'ai commencé par sauter un repas de temps en temps, puis deux, puis trois : rapidement mes angines ont cessé.

    La difficulté quand on jeûne, c'est que le mental vient sans arrêt vous harceler. Il a commencé tout au début, lorsque je n'en étais encore qu'à sauter un repas ou deux. Dès que je sentais la moindre fatigue, il venait me dire à l'oreille "c'est parce que tu n'as pas mangé". Si j'avais sommeil avant l'heure, il insistait : "tu vois bien que tu as besoin de manger !". Et si par malchance je faisais une erreur, il se moquait de moi : "évidemment ! le jeûne ne te réussit pas !".

    Mais comme j'avais besoin de guérir, ses recommandations n'ont pas suffi à me faire abandonner. Ou plus exactement, ses stratégies ont parfois réussi à me faire fléchir, mais pas toujours. Au début, c'était un combat perpétuel entre le mental agitant la peur du manque, et la volonté de m'en sortir. Mais avec l'habitude, il devenait de plus en plus clair pour moi que ses jugements étaient faux : il se trompait, il me trompait.

    A l'époque je prenais encore quelques médicaments lorsque j'étais malade. Jusqu'au jour où ma jeune épouse s'est écrié : "mais arrêtes donc ces médicaments !" J'étais éberlué parce que, autour de moi, tout le monde était persuadé que les médicaments sont, de toute évidence, INDISPENSABLES. Mais elle, avait perdu sa sœur suite à un usage immodéré des antibiotiques, auxquels son corps s'était si bien habitué, qu'ils n'ont pas agi le jour où elle en a eu vraiment besoin.

    Et c'est ainsi que j'ai arrêté net la prise de médicaments, les remplaçant d'abord par de l'homéopathie, puis finalement, par RIEN... Je ne me suis pas lancé tout de suite dans des jeûnes longs parce que, de toutes façons même en deux jours, je pouvais déjà me débarrasser de tous les petits tracas de la vie quotidienne : maux d'estomac ; maux de tête ; rhume ou angine ; petite inflammation ; bouton sur le nez ; mal de dos, etc...

    Dès lors la question qui vient naturellement est celle-ci : "comment se fait-il qu'on puisse guérir pratiquement Tout, à partir de Rien ?" Je n'en avais aucune idée à l'époque, mais ça fonctionnait bien pour moi, et cela me suffisait.

    Aujourd'hui on sait pourquoi ça marche : le corps fabrique sans cesse de nouvelles cellules, qui se nourrissent des cellules mortes, en recyclant leurs composants. Ce processus s'appelle l'autophagie (se manger soi-même), il a été découvert par le Docteur Christian de Duve, un biochimiste belge, ce qui lui a valu le prix Nobel de médecine en 1974. Or l'autophagie est accélérée par le jeûne, comme l'a démontré ensuite en 2016 un autre prix Nobel de médecine, le Docteur Yoshinori Ohsumi. En effet en l'absence de nourriture extérieure, les cellules en cherchent à l'intérieur du corps et font feu de tout bois, assainissant du même coup l'organisme. Naturellement, les virus sont les premiers à passer à la casserole, de même que les bactéries inutiles. Les vieilles cellules sont également recyclées plus vite. Cliquer ici pour voir la vidéo qui résume ces processus.

    Imaginons un instant le dialogue entre deux cellules durant un jeûne :

    _ Il paraît qu'arrive un nouveau virus, et il est très contagieux !

    _ Ha quelle bonne nouvelle ! Et comment s'appelle-t-il ?

    _ Je crois que c'est le Coronavirus, ou un nom comme ça...

    _ Génial, on va enfin avoir à manger !

    _ Il paraît qu'il est bourré de protéines

    _ Super, les protéines c'est nourrissant !

    Dialogue à prendre au second degré naturellement...

    Quand la maladie survient ou quand on se sent fatigué sans raison, il est bon de jeûner. C'est très efficace ! Même si c'est difficile à croire dans notre civilisation où quand tu vas mal, on te dit toujours que c'est parce qu'il te manque quelque chose. Quand ce n'est pas le médecin, c'est le naturopathe qui se creuse la tête, pour savoir quoi ajouter à ton régime : des minéraux ? des vitamines ? des oligo-éléments peut-être ? du fer, du zinc, du cuivre, de l'or, de l'argent... des pilules, des gélules, des capsules...

    Et si c'était l'inverse ? Dans notre civilisation d'abondance, peut-on faire l'hypothèse que les malaises que l'on observe surviennent surtout lorsque nous avons consommé trop de quelque chose ? Trop de sucre, trop de café, trop de vin, trop de cigarettes, trop de chocolat ? Trop de ces petites choses qui nous consolent et que nous consommons comme des aliments, oubliant volontairement que ce sont des drogues douces. Ou alors trop de gras, trop de viande, trop de nourriture en général.

    Je ne dis pas que les compléments alimentaires sont inutiles, mais normalement, si notre nourriture est bonne, elle contient déjà ce qui nous est essentiel. Je ne dis pas que les médecins ou les naturopathes se trompent, mais mon intime conviction, c'est que le jeûne est tellement efficace, plus rapide et meilleur marché que n'importe quelle autre méthode, que ce serait dommage de passer à côté. Quitte à compléter ensuite par un autre traitement.

    Il ne faut pas concevoir le jeûne comme une privation, mais plutôt comme une pause, un repos alimentaire. On est souvent surpris du temps libre qui nous est accordé lors de cette pause : pas de cuisine à faire, ni de vaisselle ni de courses : on gagne un temps phénoménal. C'est effarant de réaliser tout d'un coup la somme d'énergie que l'on consacre à la nourriture.

    Mais souvent au début il faut occuper ce temps, sinon le mental, qui comme chacun sait a horreur du vide, en profite pour le remplir de ses commentaires. C'est pour cela que dans les stages de jeûne, on incite les gens à marcher, à se promener dans la nature. On peut aussi en profiter pour lire, prendre du temps pour soi. Souvent, on découvre que la nourriture a été utilisée non pas tant pour nourrir le corps, mais plutôt pour remplir un vide émotionnel.

    D'où vient donc ce vide ? On retrouve ici la peur de manquer. Inscrite en nous, sûrement, depuis la nuit des temps. Réactivée par la vie moderne.

    Alors le jeûne est une bénédiction, il nous fait redécouvrir nos forces primaires : nous pouvons tenir longtemps sans manger... nous pouvons même marcher, courir : les hommes préhistoriques le faisaient ! Le jeûne nous montre que nous sommes beaucoup plus autonomes qu'on l'avait cru jusque là... beaucoup plus autonomes qu'on nous l'avait dit, aussi bien pour agir que pour guérir. Au bout d'un moment, le jeûne nous rassure, apaisant la peur du manque.

    Régis Fagot-Barraly

  • RESPIRATION HOLOTROPIQUE

    Nouvelle Journée de Respiration Holotropique le Samedi 14 Mars 2020
    à Pernes-les-Fontaines (près d'Avignon)
    Séances individuelles à Cavaillon sur RDV

    Une aventure intérieure en état modifié de conscience, par des techniques utilisant votre souffle, des musiques spécialement choisies et la présence bienveillante des autres participants.
     
    C'est une action en profondeur vous permettant :
    - une rencontre avec des forces profondes qui vous habitent, 
    - une libération profonde, corporelle et psychique,
    - une réconciliation avec soi-même
    - une régénération physique,
    - une confiance accrue en soi-même et en la vie

    Ce processus est respectueux des dispositions et de la singularité de chacun.

    Animatrice : Marion Soulages, Psychopraticienne formée aux Etats-Unis et certifiée Facilitatrice en Respiration Holotropique depuis 25 ans auprès de Stanislav Grof, fondateur de la méthode.
    Au-delà de 6 participants, Félix Haubold, Thérapeute psychocorporel biodynamique, co-animera cette journée.
     
    Des séances individuelles sont également possibles à Cavaillon.
     
    Inscription-Renseignements : 06.78.93.70.54 
    Tarif : 110€. Facilités de paiement pour les personnes en difficulté financière.

    Pour en savoir plus, voir le site ou contacter Marion Soulages au 06 78 93 70 54
     
     

  • Dialogue avec mes microbes

    Petit texte humoristique s'inspirant d'un livre très sérieux...

     

    Hello Folks !

    Salut les microbes ! Je suis votre chef de bord !

    Soyez les bienvenus en ce corps que j'ai l'honneur de piloter pour votre salut et votre confort. J'espère que nous ferons ensemble un beau voyage, et je compte sur vous pour m'aider à le rendre agréable. Comme moi, vous avez tout intérêt à ce que ce corps _ notre véhicule_ fonctionne du mieux possible, et je compte sur votre participation aux différentes fonctions vitales qui permettent de vivre tous ensemble en pleine harmonie.

    Mes services m'ont néanmoins signalé qu'il y a parmi vous quelques pique-pokets, et je vous invite à vous en méfier... Les usurpateurs, les tricheurs et les voleurs doivent être mis hors d'état de nuire, et j'ai le plaisir de vous annoncer que pour votre sécurité, ce véhicule est équipé d'un système immunitaire adapté à cette fonction. Sachez que je porte un grand intérêt au confort de mes passagers, à leur sécurité, et à la possibilité pour eux d'établir des relations de bon voisinage avec leurs partenaires de voyage. Le système immunitaire est là pour vous y aider, mais il se pourrait aussi qu'en cas de crise grave, comme par exemple une agression extérieure, nous ayons besoin du concours de tous pour éliminer la menace. Aussi, n'hésitez pas à collaborer activement avec le système immunitaire. Si vous avez des demandes particulières, n'hésitez pas à me les transmettre par voie chimique, via le système sanguin ou de toute autre manière.

    J'attache un soin particulier à satisfaire les désirs de mes passagers, que ce soit par le choix d'un lieu de vie agréable à tous, d'une destination de voyage enrichissante, ou d'échanges profitables avec des partenaires humains dont les goûts et les odeurs sont compatibles avec les nôtres.

    Mais surtout, n'hésitez pas lorsque vous êtes contents, à le faire savoir en secrétant cette merveilleuse sérotonine qui est la signature de la joie de vivre. Toutes les cellules du corps, quelque soit leur fonction vitale, ne vivent QUE pour cette sérotonine ! Quel serait le sens du voyage, si ce n'était pour être contents ensemble ? A quoi servirait une vie sans amour ? Ce serait la dépression !

    Nos destins sont liés, voyez-vous, car vous avez besoin que toutes les cellules de ce corps soient en bonne santé : si le corps meurt, vous mourrez aussi. Et en retour, les cellules ont besoin de votre soutien, sans quoi elles n'ont plus envie de vivre. Nous voilà donc en route pour une croisière agréable.

    Cela dit, j'ai aussi le devoir de vous informer que ce véhicule n'est pas éternel. Tout, sur cette Terre, semble d'une durée limitée. Nous allons donc tenter ensemble de vivre le plus longuement possible, mais quels que soient nos efforts, il viendra un moment où cela nous demandera à tous une telle énergie, que le jeu n'en vaudra plus la chandelle.

    Je sais que la plupart d'entre-vous peuvent se transformer en tueurs. Alors, quand ce sera le moment d'en finir, il se pourrait que nous fassions appel à vous, ou à certains d'entre-vous, pour que le processus soit rapide et radical. Une bonne fièvre durant le sommeil, pourrait très bien faire l'affaire.

    Avez-vous des questions ?

    _ Quand est-ce qu'on mange ?

    _ Moi : Ha-ha-ha ! Apparemment vous n'avez pas encore trouvé le restaurant ? Il en existe de nombreuses salles, tout au long de l'avenue principale, que l'on appelle "le tube digestif"

    _ J'ai vu, chef, mais personne ne veut me prendre à sa table !

    _ Padepanix Bacillia : Permettez que je réponde à ce jeune homme ?

    _ Moi : Bien sûr !

    _ Padepanix Bacillia : Si vous voulez qu'on vous fasse une place à table, il faut que vous vous présentiez et que vous apportiez quelque chose d'agréable... Comment vous appelez-vous ?

    _ Mon nom est Crocus Bacillium

    _ Padepanix Bacillia : Bon hé bien... Crocus, je vois que vous êtes nouveau ici... sachez que lorsque nous sommes réunis à plusieurs autour d'une table, en fonction de nos affinités, et que nous voyons arriver un inconnu, nous avons besoin de savoir s'il a de bonnes intentions, et si l'échange sera profitable. Sinon nous le repoussons à coup de produits chimiques...

    _ Moi : Merci Padepanix pour votre intervention, mais... Qui êtes-vous au juste ?

    _ Padepanix Bacillia : Je suis la chargée de communication de cette assemblée !

    _ Moi : Oh là là... Je vois que vous êtes diablement organisés !

    _ Padepanix Bacillia : Divinement, si vous permettez... Divinement...

    _ Encyclopedix Britanicus : C'est que nous sommes là depuis bien longtemps ! Nous étions là bien avant l'espèce humaine et du reste, nous avons participé à votre naissance.

    _ A ma naissance à moi, dis-je, ou à celle de l'espèce humaine ?

    _ Encyclopedix Britanicus : Les deux ! Bien avant les mammifères, nous étions déjà sur la Terre, et nous avons participé à l'élaboration de vos structures. La digestion, la respiration, la reproduction, sont des fonctions que nous maîtrisons depuis fort longtemps, et qui chez vous, sont la réplication des nôtres. Même votre système immunitaire, avec ses cellules tueuses, est construit à l'image de ce que nous savons faire de mieux, nous les microbes.

    _ Generalissim Microscopix : C'est que nous ne sommes pas des enfants de choeur !

    _ Moi : Ce que vous me dites me donne froid dans le dos ! Les êtres humains ont donc de bonnes raisons de craindre les attaques microbiennes...

    _ Generalissim Microscopix : Bien sûr ! Mais il ne faut pas tous nous mettre dans le même sac ! Il ne faut pas confondre les barbares qui viennent de l'extérieur, juste pour vous dévorer, et nous qui sommes ici, installés depuis longtemps...

    _ Padepanix Bacillia : Generalisim est notre chef des armées. Il a la lourde charge de repousser les envahisseurs...

    _ Moi : Mais comment puis-je vous distinguer des barbares qui nous menacent ?

    _ Encyclopedix Britanicus : Les barbares sont des peuplades sauvages... Et nous sommes des sédentaires, tandis qu'eux sont nomades...

    _ Generalissim Microscopix : Puisque vous avez connu les invasions barbares, vous savez bien comment ils fonctionnent : ils ne voient les choses qu'à court terme. Ils bousillent tout sur leur passage, y compris l'outil de production.

    _ Mathematix Bacillium : Exactement ! Un rapide calcul vous montrera combien ils se trompent. Il est clair que tout le monde veut se nourrir, mais... Si on prend l'exemple d'un homme comme vous, pesant 70 kg et mangeant chaque jour environ 500g d'aliments variés...

    Sachant qu'en moyenne, nous parvenons, nous les bactéries, à prélever entre 10 et 20 pour cent de votre nourriture, ce qui fait environ 70g par jour, n'est-ce pas ? Alors que vaut-il mieux faire ? Dévorer en une seule fois vos 70 kg, ou bien prélever chaque jour 70 g de votre nourriture ?

    _ Moi : Je ne sais pas...

    _ Mathematix Bacillium : Mais c'est bien simple ! Vous avez noté, je pense, que 70g, c'est le millième de 70 kg ? Donc si votre espérance de vie est supérieure à 1000 jours, il est préférable pour nous de profiter tranquillement des 70g par jour que vous nous apportez...

    _ Generalissim Microscopix : Voilà pourquoi nous n'avons aucun intérêt à lancer une attaque contre vous, tant que vous avez au moins 3 ans d'espérance de vie ! Et c'est pourquoi les barbares qui veulent attaquer avant, nous devons les écarter. En revanche, quand sonnera pour vous l'heure de la fin, les enjeux seront différents...

    _ Encyclopedix Britanicus : Depuis la nuit des temps, les choses se déroulent ainsi, selon un mécanisme simple, mais bien huilé. Nous les sédentaires, nous vous aidons à vous défendre contre les envahisseurs, jusqu'à la fin de votre vie. Et tout à la fin, nous abrégeons vos souffrances. Mais ce qui vient bousculer les choses, aujourd'hui, ce sont les antibiotiques...

    A l'évocation de ce mot, un vent de panique se met à souffler sur l'assemblée :

    _ Antibiotix ! Antibiotix ! répètent les microbes avec effroi

    _ Padepanix Bacillia : Calmez-vous, voyons ! Nous ne faisons que parler ! Aucun antibiotique n'a été lancé ici !

    _ C'est vrai qu'autrefois, dis-je, lorsque quelqu'un était foudroyé par une cause inconnue, on disait simplement : "il a eu une attaque". Et on se contentait de cette explication...

    _ Encyclopedix Britanicus : L'expression était assez juste : il s'agissait souvent d'une attaque microbienne survenue en fin de vie, qui permettait d'abréger les derniers moments. Généralement la personne tombait dans les pommes, car on lui faisait perdre conscience d'une manière ou d'une autre, et c'était sans douleur.

    _ Generalissim Microscopix : Mais aujourd'hui vos médecins s'opposent farouchement à ces attaques, en nous aspergeant d'antibiotiques. Cela vous évite certes la mort pour un temps, mais pas les tourments de la dégénérescence.

    _ Encyclopedix Britanicus : On ne s'oppose pas impunément à la nature.

    _ Je suis impressionné, dis-je, par votre hauteur de vue. Et la sagesse de vos observations !

    _ Angelus Inspiratrix : Vous ne croyez pas si bien dire ! Entendez-vous parfois une petite voix dans votre tête, qui vous prodigue des conseils, ou vous souffle des solutions ?

    _ Moi : Cela m'arrive en effet...

    _ Angelus Inspiratrix (malicieusement) : De qui croyez-vous qu'il s'agit ?

    _ Moi : Je ne sais pas... Un ange ? La muse du poète ?

    _ Angelus Inspiratrix : Mais les anges ne résident-ils pas à l'extérieur de vous ? Et la muse du poète n'est-elle pas cette jeune femme qui s'invite à sa table, afin de l'inspirer et de l'encourager ?

    _ Moi : Oui, c'est ce qu'on dit...

    _ Angelus Inspiratrix : Or cette petite voix, qui chuchote dans votre tête, et que vous avez parfaitement localisée, ne vient-elle pas de l'intérieur de vous-même ? Vous devriez y réfléchir, cher Monsieur...

    _ Moi : Quoi ? Vous voulez dire que les voix que j'entends dans ma tête proviennent des microbes ?

    _ Angelus Inspiratrix (s'inclinant ironiquement en une révérence profonde) : Puisque vous le dites...

    _ Moi (interloqué) : Grands Dieux ! Alors vous relayez la voix des anges ! Et dire qu'on vous prenait pour des parasites !

    Régis Fagot-Barraly

     

    N.B. Ce texte _ à prendre bien entendu au second degré_ m'est venu suite à la lecture du livre La Santé PAR les microbes, du Docteur Martin J.Blaser, Professeur de Médecine et Directeur du programme de recherches de microbiologie à l'Université de New-York.

    Ce livre est bourré d'informations surprenantes : pour vous mettre en appétit, en voici deux citations :

    "Savez-vous que votre corps héberge une communauté très particulière de 100.000 milliards de microbes, dix fois plus nombreux que vos propres cellules ? Longtemps perçus comme des parasites inutiles, voire dangereux, ces microbes vous font aussi du bien, du point de vue immunitaire et digestif."

    "Forts de leurs 20 millions de gènes, nos microbes résidents nous protègent de la maladie. Ce sont les guérilleros qui défendent le domaine tant que nous les protégeons."

  • RESPIRATION HOLOTROPIQUE

    Journée de Respiration Holotropique à Avignon, le Samedi 25 Mai 2019.
    Séances individuelles à Cavaillon sur RDV.

    Laissez vous tenter par cette aventure intérieure en états modifiés de conscience utilisant votre souffle, des musiques choisies et la présence bienveillante des autres participants. C'est un travail en profondeur vous permettant :
    - une rencontre avec des forces profondes qui vous habitent, 
    - une libération profonde, corporelle et psychique,
    - une réconciliation avec soi-même
    - une régénération physique,
    - une confiance accrue en soi-même et en la vie

    Ce travail est respectueux de la singularité et du processus de chacun.

    Inscription-Renseignements : 06.78.93.70.54 
    Tarif : 100€. (Arrhes à l’inscription : 40€). Facilités de paiement si nécessaire.
    Facilitatrice : Marion Soulages, Psychopraticienne, formée aux Etats-Unis auprès de Stanislav Grof, fondateur de la méthode, et certifiée depuis 20 ans en Respiration Holotropique.
    Au-delà de 6 participants, Félix Haubold, Thérapeute psychocorporel biodynamique, co-facilitera cette journée.
     
    Des séances individuelles sont également possibles à Cavaillon.

    Marion Soulages,
    Facilitatrice en Respiration Holotropique
    06 78 93 70 54